La Cour Supérieure du Québec ne croit pas à un suicide...




SECTION XI


Jugements et
appuis obtenus
par la famille
.




Le dossier Louis-Georges Dupont


1)-  

La ville de Trois-Rivières blâmée. 

Le Nouvelliste
Guy Veillette
26 mars 1994


Extraits.

  • Une décision du juge Hubert Walters de la Cour Supérieure du Québec rendue le 18 mars 1994 rejette la requête en irrecevabilité de la Ville de Trois-Rivières.

  • Le jugement de 9 pages blâme sévèrement la partie mise en cause pour l`obstruction pratiquée par les autorités municipales.

  • Dans sa décision de 9 pages, le magistrat met en doute la bonne foi de la Ville.

  • Il y a une apparence, nous disons bien une apparence...d`obstruction systématique de la partie de la mise en cause.

  • La demanderesse (Mme Dupont) après s`être adressée sans succès aux défendeurs (Ville de Trois-Rivières, Commission Santé et Sécurité au Travail (CSST), Commission des Affaires sociales) s`est fait dire qu`il était trop tard, n`ayant pas fait preuve de diligence, etc...
    Un fait invoqué par les défendeurs soulevait que le recours était prématuré. Le juge : "Faut-il rire ou pleurer de cet argument alors que la saga, tout au moins les démarches de la demanderesse ont débutées en 1982".

    Note : En réalité, la saga de Mme Dupont a débuté dès le décès de son époux en 1969. Le maire de la ville de Trois-Rivières (1970-90) M. Gilles Beaudoin et celui de 1990 jusqu`à aujourd`hui M. Guy Leblanc ont été des adversaires féroces de Mme Dupont et ce dans le but de ne verser aucune rente, pension ou indemnité salariale, ce qu`ils ont réussi à faire jusqu`à maintenant, 30 ans plus tard.

  • La famille Dupont pourra s`adresser à la Cour Supérieure du Québec (Chambre civile) pour le côté monétaire (rente ou pension versée à Mme Dupont).




2)-  Des faits obscurs



Le Nouvelliste
2 avril 1994
Bernard Champoux

 

Extraits.

  • Les causes de la mort de l`enquêteur Louis-Georges Dupont restent nébuleuses, même après 25 ans.

  • Madame Dupont et ses enfants ont fait preuve de ténacité et de courage jusqu`a maintenant.

  • Ils se sont heurtés à des portes closes ou à des gens qui ne voulaient pas leurs faciliter la tâche.

  • Trop de choses anormales se seraient produites après la découverte du corps de Louis-Georges Dupont pour ne pas soulever quelques interrogations.

  • La demanderesse (Mme Dupont) après s`être adressée sans succès aux défendeurs (Ville de Trois-Rivières, Commission Santé et Sécurité au Travail (CSST)




3)- Qui a tué L.G.D. ?

Hebdo-Journal
11 avril 1994

Jacques Tétreault

Extraits

  • Pendant que les américains s`interrogent toujours sur les circonstances de la mort tragique de John F. Kennedy, à Trois-Rivières un doute sérieux, embarrassant même, entoure depuis 25 ans les circonstances de la mort du policier Louis-Georges Dupont.

  • Or, selon un expert, il s`agirait pour un policier, familier avec le maniement d`une arme à feu, de la façon la plus ridicule, mais surtout inefficace de s`enlever la vie.

  • Le rapport d`autopsie, qui n`a étrangement été soumis à aucune contre-expertise, soutient que le projectile est entré par le poitrail pour ressortir par le dos. Les photos officielles détenues par la famille montrent le contraire.

  • Contrairement à l`affaire J.F.K., il ne doit subsister ici aucun doute sur les circonstances de la mort de L.G.D.


    À noter : En 1996, M. Jacques Tétreault n`a jamais pu obtenir une entrevue avec aucun représentant ( Me François Daviault ou Me Marc David ) de la Commission Lacerte-Lamontagne. Pourtant ces derniers ont accordé plusieurs entrevues mais selon leurs sélections journalistiques. M. Tétreault étant un interviewer très coriace, ces derniers ne se sont jamais risqués à essayer de noyer le poisson avec M. Tétreault car ils seraient arrivés deuxième.





4)- Appui du syndicat des Policiers de Trois-Rivières

Le Nouvelliste
6 août 1994
Nancy Massicotte

Extraits

  • (Yvon Tourigny) «Puis au printemps la famille m`a rappelé de nouveau, en compagnie de l`enquêteur Denis Lépine, je suis allé consulter leurs documents. La rencontre a commencé à 18h 30 et s`est terminée à 00h 30. Je suis resté surpris par le nombre de documents que la famille avait.»

  • La façon dont l`enquête sur la mort de Dupont a été menée, les personnes qui gravitaient autour de ça nous ont semblé bizarres. Je pense à l`enquêteur chargé de ce dossier dans le temps. Pourquoi lui avait-on confié cette tâche ? En fait cette théorie soulève un gros doute.


Quelques extraits du rapport donné à la famille par:
L`Association des Policiers et Pompiers de la Ville de Trois-Rivières inc..

Trois-Rivières
24 juillet 1994

 

Monsieur après avoir pris connaissance des faits entourant le décès de votre père Louis-Georges Dupont, il est évident que plusieurs interrogations et questions demeurent sans réponse.

Afin de se faire une opinion précise, l`Association s`est adressée au Directeur du service de Police et au greffier de la Ville de Trois-Rivières Me Gilles Poulin dans le but de consulter le dossier d`enquête. Suivant nos demandes on nous refuse l`accès pour consultation.

Il fut donc décidé en comité que l`Association des Policiers-Pompiers de Trois-Rivières donne son appui à la famille de Louis-Georges Dupont afin qu`une enquête publique soit instaurée par les instances supérieures pour que la lumière soit faite dans ce dossier.

Yvon Tourigny
Président A. P. P. T. R.

 

 




Éditorial

 5)-

On fait languir la famille Dupont inutilement


Le Nouvelliste
6 mars 1995
Bernard Champoux

Extraits

On avait pensé qu`un changement de gouvernement à Québec et l`arrivée d`un nouveau ministre de la justice aurait fait bouger les choses davantage et provoquer la tenue d`une enquête sur la mort de l`ex-détective Louis-Georges Dupont, survenue dans des circonstances mystérieuses, le 10 novembre 1969.

Après ces longs mois d`attente, la famille Dupont commence à manquer de patience et se demande si le ministère ne serait pas en train de noyer le poisson dans l`eau pour éviter de rouvrir l`enquête.

Si Me Ménard hésite tant à donner son accord, c`est dit-on, parce que son ministère serait à la recherche d`un autre pathologiste indépendant qui infirmerait ou confirmerait les expertises de deux autres spécialistes en ce domaine, l`un américain, l`autre canadien qui en sont venus à la conclusion qu`il s`agissait d`un meurtre.

Ces derniers mois, les membres de la famille Dupont ont obtenu un appui de taille dans leur croisade pour réhabiliter la mémoire de leur père. Maître Daniel Jacoby, Protecteur du Citoyen, a pris la peine d`analyser les photos et documents disponibles (durant un an et plus d`étude) et avait recommandé au ministère d`en faire une étude plus approfondie.

Pourtant, le ministère a en main de nombreux éléments qui pourraient lui laisser croire que le décès du policier aurait été provoqué par un projectile d`arme à feu qui est entré dans le bas du dos.

La mort tragique de Louis-Georges Dupont est survenue pendant une période trouble de la police de Trois-Rivières et d`aucuns croient qu`il a été abattu parce qu`il était sur le point de faire des révélations à la Commission de Police du Québec.

On ne le saura pas tant et aussi longtemps qu`une Commission d`enquête ne viendra pas contraindre certains personnages à venir raconter ce qu`ils ont vu, entendu et appris avant et après la mort de monsieur Dupont.

En attendant, Jacques Dupont n`a pas tort de s`interroger à savoir pourquoi le ministère de la Justice a autant de difficultés à dénicher un pathologiste indépendant ?

Pourtant lui-même en avait trouvé deux sans faire de grandes recherches.

 





Toute la lumière doit être faite sur le dossier Dupont


6)- 

Les députés Julien et Beaumier appuient la famille 

Le Nouvelliste
21 mars 1995
Guy Veillette

Extraits

  • «S`il n`y avait vraiment rien à faire, le dossier serait fermé depuis longtemps» commente le député de Trois-Rivières.

  • Mais du même souffle, il fait remarquer que le ministre doit savoir exactement dans quoi il s`embarque, étant donné l`importance des faits soulevés.

  • «C`est un dossier très délicat»

  • Le député de Champlain Yves Beaumier a confirmé son appui à la famille. «Il semble y avoir des questions auxquelles on n`a pas répondu, des contradictions dans certains témoignages. Des choses ne sont pas claires. Il s`agit d`une démarche tout à fait justifiée

  • Quant à monsieur Julien, il a convenu que l`hypothèse du suicide maintenue depuis 1969 lui apparaît «spéciale» compte tenu de la trajectoire que la balle aurait dû suivre pour en arriver à cette conclusion.

 





7)- Des choses bizarres

Le Nouvelliste
4 novembre 1995
Bernard Champoux

Extraits

Ses fils Jacques et Robert Dupont n`ont jamais réussi à obtenir de vraies réponses à leurs questions.

Quelle que soit la décision que rendra le juge Ivan St-Julien, on ne peut que déplorer l`absence de collaboration des autorités policières et du ministère de la Sécurité publique du Québec depuis que Jacques Dupont a décidé d`entreprendre lui-même sa petite enquête, il y a huit ans.

Quand on affirme que certains enquêteurs de la Sûreté du Québec auraient, à maintes reprises, falsifié des preuves pour faire condamner injustement des individus, il est aussi permis de s`interroger sur le sérieux de l`enquête qui a suivi la découverte du corps de Louis-Georges Dupont le 10 novembre 1969 d`autant plus qu`à l`époque, le responsable de l`investigation était le lieutenant-détective Jean-Marie Hubert, celui-là même qui a été congédié par la Ville, en janvier 1970 , pour extorsion et intimidation.






Après 25 ans la famille Dupont
obtient gain de cause.

8)- Enfin une enquête publique

Le Nouvelliste
21 décembre 1995
Claude Savary

Extraits

Le Juge, Ivan St-Julien de la Cour Supérieure du Québec, vient d`en intimer l`ordre au ministre dans un jugement de 68 pages. Le magistrat dit clairement qu`il ne croit pas du tout à un suicide, tel qu`on l`avait conclu à l`époque du drame.

« À notre point de vue, il y a trop de faits troublants. »

Robert Dupont, l`un des fils, a parlé d`une très grande victoire mais , tout comme son frère Jacques, il a aussi fait preuve d`une lucidité qui donne à penser que la partie n`est pas encore terminée.

Et puis, il a eu cette phrase qui en disait long, « ..ça va prendre un juge qui a du pouvoir, comme le juge St-Julien, pour entendre cette enquête publique ».

Robert Dupont a eu un bon mot pour le Protecteur du Citoyen, maître Daniel Jacoby qui avait encouragé la famille à persévérer.

 








 9)-

La famille Dupont, 26 ans plus tard 

 

Le Nouvelliste
22 décembre 1995
Bernard Champoux

Extraits

Il en aura fallu des efforts et du courage à la famille Dupont pour livrer une bataille aussi énergique contre le système judiciaire. Aujourd`hui elle est en droit d`espérer qu`on va élucider définitivement les circonstances entourant la mort du sergent-détective Louis-Georges Dupont.

N`oublions pas que la mort du détective était survenue dans une période trouble de la police de Trois-Rivières et qu`il y avait au sein de ce corps policier quelques individus aux activités très louches .

Voilà pourquoi il ne faut pas écarter l`hypothèse que Louis-Georges Dupont pourrait avoir été abattu par un de ses confrères de travail.

 





 

 

 



Signez le Livre des visites  |  Courrier  |  Lexiques  |  Liens  |  Entrée