L'affaire DUPONT à l'Assemblée nationale

L'affaire du policier Louis-Georges Dupont sera portée la semaine prochaine à l'attention de la l'assemblée nationale du Québec.

Flanqué des deux fils du policier, Jacques et Robert Dupont, la députée de Champlain, Noëlla Champagne, a fait savoir hier à son bureau de circonscription qu'elle remettait un résumé du dossier aux ministres de la sécurité publique, Jacques Dupuis et à la ministre de la justice, Kathleen Well.

Dans ce résumé de près d'une vingtaine de pages, les frères Dupont retracent les grandes lignes qui ont marqué cette obscur affaire depuis la découverte du corps de leur père, en novembre 1969, jusqu'à l'analyse récente de photos et d'extraits de témoignages qui permettent de croire en l'existence d'un second impact de balle, cette fois au haut du dos du policier.

D'autres analyses des photos prises au moment de la découverte du corps du sergent détective, dans son auto de service, dans un boisé du nord de la ville, forcent un questionnement sur le fait que des surfaces bleutées ou noircies à la tête et au cou semblent incompatible avec la position dans laquelle le corps a été retrouvé dans l'auto.

La rigidité cadavérique admise et l'absence d'insectes sur son corps tendent aussi à démontrer que la mort ne remontait qu'à quelques heures et non à quelques jours contrairement à ce qu'on avait conclu.

Il y a donc là, pour les frères Dupont, qui n'ont jamais cru à la thèse du suicide, suffisamment d'éléments nouveaux ou ignorés qui justifient la reprise d'une enquête, même quarante ans plus tard, afin que soit enfin rétablie la vérité et réhabilitée la mémoire de leur père.

Dans le document qui sera remis au ministres Dupuis est Well, ils leur demandent de confier le dossier à l'examen d'un procureur de la couronne ou à des enquêteurs de la sûreté du Québec afin d'en arriver à régulariser la situation.

La députée Champagne compte remettre le même document à deux de ses collègues, mais aussi à la députée adéquiste Sylvie Roy et au député Amir Khadir de Québec solidaire. Elle n'écarte pas la possibilité d'interventions au moment de la période des questions à l'Assemblée nationale.

Madame Champagne n'a aucune certitude sur l'issue de sa démarche, mais elle est convaincue que cette affaire douteuse mérite les efforts d'une ultime tentative. Elle n'a pas caché hier que la lecture des documents que lui avaient remis les frères Dupont l'avait profondément troublée et soulevé chez elle un doute sévère sur toutes les conclusions de suicide auxquelles en était arrivée l'enquête bâclé de la sûreté municipale de Trois-Rivières à l'époque, les analyses tout autant sommaire et peu critique de l'institut médico-légal du Québec, l'enquête expéditive du Coroner qui avait suivi ainsi que la grande Commission d'enquête sur les circonstances de la mort du policier, tenue en 1995.

C'est un juge de la Cour Supérieure, Yves Saint-Julien, qui dans un jugement de 68 pages, après avoir entendu de nombreux témoignages d'experts, avait conclu qu'il ne pouvait pas du tout croire à la thèse du suicide et qui avait ordonné au ministère de la justice de tenir une commission d'enquête.

Certes, après de longues audiences et même l'exhumation du corps du policier pour une nouvelle analyse médico-légale, la commissaire Céline Lacerte-montagne avait aussi conclu au suicide.

Mylène Moisan
Journal Le Soleil , Québec
Michaël Baden ;
"Je ne peux pas dire qui a appuyé sur la gâchette... "


 


  English version

Une bavure ...

Accomplie par la justice québécoise qui ne pourra jamais, jamais être oubliée. Non seulement parce qu'elle continue d'impliquer directement des représentant de cette même justice, mais également en raison du choix qu'elle maintient malgré tout. Malgré sa mission. Malgré la vérité. Et malgré les nombreuses occasions qu'elle n'a pas saisit d'accomplir sa raison d'être. Choisissant, par intérêts, de défendre les fins d'un large système politique plutôt que de soutenir celui-là même qui eut un jour le courage d'y dénoncer ses détracteur.
Beaudoin
Journal Le Nouvelliste - Mardi 1er mars 2011  - Extrait.

...C'est fou le nombre de choses qui sont disparues ou qui sont devenues introuvables depuis dans le dossier du policier Dupont. Déjà qu'il n'y avait pas d'empreintes sur l'arme de service du policier retrouvée sur le plancher de la voiture, ce qui est assez étrange. Quant à la balle de révolver, mystérieusement retrouvée à l'époque par on ne sait plus qui, elle était tellement déformée que les experts en balistique n'ont jamais pu la relier formellement à l'arme du policier; sans compter qu'elle pesait 10 fois le poids d'une balle de .38.

Le révolver et la balle on aussi depuis disparu dans l'air du temps. Le policier Clément Massicotte, qui avait témoigné être celui qui avait récupéré la balle perdue dans le siège de l'auto a déclaré à l'émission Enquête que ce n'était pas lui qui avait retrouvé la balle et qu'il n'avait pas inspecté l'auto. La banquette a été nettoyée et réinstallé deux heures après qu'on ait retiré le corps du policier... Le rapport de l'expéditive enquête du coroner est devenu introuvable.

LA RÉAUTOPSIE DE 1996 SUR YOUTUBE.

Reportage
de Radio-Canada avec Pierre Migneault sur le fait qu'à la ré-autopsie du 27 août 1996 sur le corps de Louis-Georges Dupont on ne retrouve aucune perforation dans le sternum, ce qui vient confirmer la thèse de meurtre.

Louis-Georges Dupont retrouvé dans sa voiture de service. D'autres analyses des photos prises au moment de la découverte du corps du sergent-détective, dans son auto de service, dans un boisé du nord de la ville, force un questionnement sur le fait que des surfaces bleutée ou noircies, à la tête et au cou, semblent incompatibles avec la position dans laquelle le corps a été retrouvé dans l'auto.

Mais en parcourant sa décision, compte tenu du tout ce qu'elle relève des régularité dans le dossier, de points obscur est intrigants, éléments inexplicables et de preuve matérielles mystérieusement disparues, on se demande toujours comment elle a pu retenir cette thèse... hors de tout doute raisonnable.

Beaucoup d'éléments tendent à l'accréditer, mais il y en a beaucoup trop d'autres qui pointent dans la direction contraire pour qu'on ait pu conclure sans réserve dans ce sens.

Même à la Ville de Trois-Rivières, malgré une décision de la Commission d'accès à l'information perdue en appel par la Ville, on a toujours refusé de remettre à la famille tous les documents reliés à l'affaire.

Il faut se rappeler que la mort du policier était arrivée dans un contexte Lourd à Trois-Rivières et tendu à la sécurité publique en raison d'une Commission d'enquête publique sur les agissements de certains policiers de Trois-Rivières.

Il en avait résulté des suspensions, des rétrogradations et des congédiements de policiers. Le sergent détective Dupont avait collaboré à la pré-enquête de cette commission et pourrait même y avoir témoigné.

Les frères Dupont ont aussi déposé il y a quelques semaines leur dossier à la sécurité publique de Trois-Rivières afin d'obtenir la réouverture d'une enquête de leur part. On devrait savoir bientôt si on donne suite à leur requête ou si on laisse dormir le dossier.

Il est évident que 40 ans plus tard, les preuves matérielles nouvelles sont inexistantes et que les témoins encore vivants pouvant apporter un éclairage différent sont beaucoup moins nombreux. Mais il en reste quelques uns.

On peut aussi penser que si certains savaient des choses et avaient des craintes d'en parler, les raisons de ces silences n'existent plus.

Oui ! Vous pouvez faire
une différence !

 

NOUS AVONS BESOIN DE VOUS MAINTENANT ! ACCORDEZ-NOUS QUELQUES SECONDES, NOUS
ATTENDONS DEPUIS PLUS DE 40 ANS !


Si comme nous, en tant que citoyens, vous désirez pouvoir accéder à toute la vérité, la transparence et l`efficacité que nous doit notre système judiciaire et politique, afin que seuls les intérêts de la loi soient servis plutôt que de devoir trop souvent composer avec la corruption, voici un moyen de faire quelque chose ! C`est d`ailleurs en grande partie grâce à votre soutien que nous réussirons à faire bouger nos politiciens. D`un seul clic et sans autre engagement de votre part que celui de donner votre opinion, envoyez un courrier électronique aux médias régionaux afin qu`ils demandent des comptes aux divers responsables entourant cette cause quant à la fiabilité des moyens déployés par notre système de justice pour résoudre de telles affaires.

Facile ! Pour ce faire, svp, cliquez simplement sur l'enveloppe ! Ca ne vous prendra qu'une seconde. Nous attendons depuis plus de 40 ans !

Un document aussi énorme que pratique...

Au gré d`un document facile à consulter, familiarisez-vous avec la pathologie, les opérations d`autopsie, de ré-autopsie, de la balistique et des termes reliés à ces domaines. Soyez au fait des avis, agissements et comportements contradictoires des spécialistes intervenus tels que les pathologistes Michael Baden (Michaël Baden), Louis S. Roh et James Ferris ainsi que l`anthropologue judiciaire Kathleen Reichs (Kathy Reichs), témoignages et photos à l`appui.

Il est urgent de non seulement prendre connaissance de la force de cette criminalité souterraine qui utilise nos réseaux politique et économique chaque jour mais aussi d`exiger de nos élus d`y remédier sans s`y laisser corrompre.

IMPORTANT : Ce site est divisé en 14 sections, comprenant l`essentiel de toute cette affaire. À chaque apparition d`un nouveau nom ou terme technique important par page, celui-ci est cliquable afin d`en faire apparaître la définition et vous en faciliter la compréhension. Les commentaires, questions et demandes de renseignements additionnels quant à cette affaire sont les bienvenus. Toute utilisation en partie ou en entier de texte ou photos figurant sur ce site sans permission au préalable est interdite.

 

Rejoignez-nous sur votre réseau préféré !

Commission d'enquête Céline Lacerte-Lamontagne - 1996

  

ATTENTION ! ATTENTION ! ! !
Appel au public ! Vous avez déjà vu un cas semblable ?

De pair avec la présentation de ce site, nous menons ce que l`on appelle un "cas de recherche". En effet, depuis 1999, nous tentons de retrouver un cas traité par la justice comme le fut celui de M. Dupont. Entre autres, nous recherchons de par le monde un ou plusieurs cas pour le(s)quel(s), sur une partie osseuse d`un corps autopsié donné, se serait révélée une ou plusieurs caractéristique(s) supplémentaire(s) allant à l`encontre d`une série de rayons X déjà rigoureusement pratiqués.

Jusqu`à maintenant, aucun organisme ou individu ne s`est manifesté. En accord avec la `découverte` de dernière minute du Dr. Michaël Baden d`un nouveau trou et fissures dans le sternum de M. Dupont, dans les circonstances mentionnées ci-haut et sans témoin, est-il à dire que le cas de M. Dupont serait le seul sur la planête ?

- Texte et photos en section IX a)- Rapport du huissier 27 août 1996

Vous pouvez nous transmettre votre cas à casderecherche@affairedupont.8m.com

Michaël Baden, Kathleen Reichs exhumation policier Louis-Georges Dupont
Trop souvent le tribunal, et certains de ses intervenants, subissent les influences d`autres pouvoirs que ceux de la loi. Des priorités politiques et financières font souvent préséance aux besoins humains. Que l`on pense à l`affaire Dupont et la commission d`enquête publique Céline Lacerte- Lamontagne, portant sur la mort suspecte du sergent-détective Louis-Georges Dupont, à Trois-Rivières, à la cause David Milgaard qui a passé plus de 20 ans derrière les barreaux malgré son innocence ou à d`autres causes mal menées à travers l`histoire de la criminologie et de la jurisprudence québecoise, les systèmes juridiques tels que ces commissions, la Cour du Québec ou l`Institut de médecine légale de Montréal n'ont jusqu'à présent pas permis de mettre fin à l'impunité de nombreux criminels, assassins et autres auteurs de crimes.

Inefficacité contrôlée..

Ce désordre social mène à l`effritement de notre système de justice par son inefficacité contrôlée et la corruption de ceux qui doivent l`appliquer. Faites l`autopsie d`un document bien structuré et illustré, à la fois digne des grands crimes historiques, des célèbres "unsolved mysteries" ainsi que de nombreux scénarios ayant sillonné nos écrans. 

L`intégrité de notre système de justice.

Celui par lequel nous croyons nos familles à l`abri de la criminalité, connaît-il ses propres iniquités ? Nos gouvernements agissent-ils avec transparence dans chaque dossier judiciaire ? Justice est-elle toujours pleinement rendue lors d`enquêtes et autopsies pour présomption de meurtres ou suicides ? Ou encore, est-il illusoire de croire qu`il ne soit plus question de corruption policière de nos jours, dérisoire  de miser sur ces autorités  pour combattre le crime organisé avec des éléments à son service ?

Tandis que les méfaits de la petite délinquance sont mis en vedette, les rôles politiques et économiques ainsi que l'influence des organisations criminelles ne sont guère révélés à l'opinion publique. Il est malheureusement trop fréquent en médecine légale et lors d`enquête du coroner, autant en cas d`homicide, de mort inexpliquée en médecine légale (forensic pathology) ou lors d`affaire policière et de conspiration que surviennent des disparitions de preuves, manque de cohérence dans les témoignages et expertises, conflits d`intérêts dans la gestion des enquêtes et précipitation de leurs conclusions, ainsi que d`autres irrégularités s`ajoutant aux mystères...

 

 

 

 

 

 


- Cliquez à gauche sur Français pour débuter votre visite.

- Clic English on right to begin.




Octobre-1998 webmaster@affairedupont.8m.com  
Tous droits réservés  





 

Dernière mise à jour lundi 13 décembre 2016

Note: La famille Dupont assure que toute communication de reseignements quant à cette affaire sera faite dans la plus grande confidentialité.

Cette page a déjà été visitée
fois.